Pratiques gagantes, petit à petit

Je voyageais depuis cinq mois, et j’arrivais en Colombie. J’avais quitté mon job de comptable, mais plus que voyager, je voulais m’échapper. Je détestais mon job, j’ai en fait détesté tous les jobs que j’ai eu depuis la fin de mes études. Bloqué derrière un ordi, pas le droit à la moindre initiative, regarder l’heure ou (demander à Google) comment sortir de cet enfer.

Je pensais que ces mois à voyager m’aideraient à trouver des réponses, une idée pour gagner ma vie en rentrant, mais j’étais toujours le même et j’avais peur. L’idée de perdre à nouveau ma liberté et de devoir vendre mon âme en bossant pour un patron qui s’en fout de moi me glaçait le sang.

Je suis arrivé à Medellin en Colombie et j’ai décidé d’arrêter de voyager et de me poser un moment. J’allais commencer par d’autres objectifs importants pour moi.
J’ai commencé par faire un peu de sport tous les jours. Quelques séries de pompes et de tractions.

Puis j’ai dévoré des livres.

Marchant beaucoup, un jour j’ai commencé à écouter des podcasts durant mes balades quotidiennes.

Puis j’ai écrit mon journal, tous les jours.

Puis j’ai commencé à faire quelque chose qui me paraissait loufoque, écrire 10 idées par jour, comme le propose James Altucher.

En parallèle, j’ai connecté avec beaucoup de monde, j’ai construit des amitiés, je suis sorti avec des personnes plus positives pour moi que celles que je trouvais en voyageant en Amérique Centrale.
Et un jour, un samedi, après près de six semaines de ce régime, j’ai commencé à avoir des idées qui me paraissaient bonnes. Elles ne l’étaient pas, mais j’étais lancé, j’ai commencé à être créatif.
J’ai continué cette pratique, j’ai dévoré énormément de contenu. Marketing, entrepreneuriat, biographies, philosophie, romans, …

Alors que la bibliothèque de l’université où je bossais tous les jours fermait pour Noël, j’ai décidé de rejoindre un espace de coworking. Et là, boum. Pour la première fois de ma vie, j’étais entouré de personnes qui faisaient ce que je voulais faire, des entrepreneurs, artistes, créateurs …

On discutait des idées, durant le travail, ou autour d’une bière en fin de journée. J’avais de plus en plus d’idées, mais je voyais trop grand. Les étapes font peur, je ne savais pas. J’ai en effet commencé un projet avec l’idée de vendre des «Sanding Desk» en Suisse. J’ai contacté une trentaine de responsable RH par Linkedin.

Bonne ou mauvaise, l’idée était trop grande pour moi à cet instant, chaques étapes me paraissaient compliquées. Mais quelque chose se passait dans ma tête !
Puis un jour, après une journée de travail, j’ai eu une idée sous la douche. J’ai passé les trois heures suivantes à tout coucher sur papier et le lendemain, en en discutant avec mes collègues, je me suis lancé et j’ai testé mon idée.

Ma pratique quotidienne. Je ne l’avais pas tout de suite remarqué, mais j’ai en fait petit à petit mis en place ce que celui qui est devenu mon blogueur favori appelle la pratique quotidienne.

Les quatre piliers sont :

  1. Physique :

    J’ai commencé à faire un peu de sport tous les jours. Je courais 5 minutes jusqu’à un espace de jeu pour enfant. Sur place je faisais entre trois et cinq séries de tractions, pompes ou dips et squat ou sauts, je rentrais chez moi et faisais quelques étirements.
    Je mangeais mieux. Je suis un grand fan du jeûne intermittent, mais j’ai surtout après plusieurs mois de voyage commencé à cuisiner. A côté j’ai commencé à me faire un smoothie avec des légumes et des fruits tous les jours.
    Je buvais moins et moins souvent. En voyage, on est vite tenté de boire quelques bières avec les autres voyageurs tous les soirs.
    J’allais plus tôt au lit, entre 23h et 23h30 et je me réveillais naturellement après 7h ou 8h de sommeil

  2. Émotionnelle

    J’ai commencé à passé du temps avec des locaux et des voyageurs ou expats qui étaient plus intéressants que les fêtards (et j’étais le même) que l’on rencontre dans les hostels. Que ça soit des digital nomads, des entrepreneurs locaux, j’avais l’impression de pouvoir choisir avec qui je passais du temps et j’ai rencontré des gens beaucoup plus positifs et intéressants. Ou si quelqu’un me tirait vers le bas, je l’éliminais de mon cercle. Je suis sorti avec des filles super sympas. J’ai commencé à être 100% honnête avec moi et les gens autour de moi. Je faisais ce que je voulais. J’étais entouré de personne qui m’inspire et avec qui j’avais envie de partager des choses. J’étais excité par ce nouveau chapitre de mon aventure.
    J’ai commencé à être authentique et vulnérable. Je disais ce que je pensais, mes doutes, mes peurs, je partageais ça avec les gens autour de moi.

  3. Mentale

    J’ai utilisé ma tête. J’ai réfléchi, cherché des idées, tenté de résoudre des problèmes. Les miens ou ceux d’autres personnes. J’ai écrit des idées comment améliorer X ou Y. J’ai réfléchi à ce qui allait bien dans ma vie à certains moments et pourquoi c’était le cas. J’ai réfléchi à ce que je pourrais faire en rentrant si je n’arrivais pas à commencer quelque chose. J’ai écrit 10 idées par jour.

  4. Spirituel

    J’ai commencé à écrire mon journal. J’écrivais mes pensées, mes doutes, mes idées folles.
    J’ai commencé à développer un sentiment de gratitude et ai écrit chaque jour des choses pour lesquelles je suis reconnaissant telles que la chance de pouvoir prendre du temps pour chercher à créer un business, voyager, ne pas avoir d’obligations, bref d’avoir de la chance et d’être vivant dans un monde extraordinaire et rempli d’opportunités.
    J’ai commencé à me focaliser sur l’essentiel et en pas me prendre la tête pour les petites choses telles qu’un taxi qui essaie de me couillonner pour 1 CHF ou la lenteur des caissières en Colombie.
    J’ai étudié énormément : podcasts, livre, livre audios, biographie, vidéos…
    J’étais présent, je vivais l’instant présent, j’ai essayé d’arrêter d’avoir des regrets sur le passé ou de penser à l’avenir.
    J’ai commencé à méditer, simplement quelques minutes ou alors je me posais la question lorsqu’une pensée venait à moi si elle était utile et sinon la laissait passer.

Après quatre à six semaines de ce régime draconien, je commençais à être bien dans ma peau. Un ami de voyage, qui est arrivé à Medellin m’a dit que je n’étais pas le même.
Après trois mois, j’ai perdu 9 cm de tour de taille, j’ai lancé un premier projet de business. et j’ai des premiers clients.

Je rencontre d’autres entrepreneurs incroyables et nous partageons pleins de choses ensemble. Les gens m’apprécient plus. J’ai plus de succès auprès des filles. Je n’ai jamasi jamais été aussi bien dans ma vie, je suis 100% moi pour la première fois.

Je veux continuer à m’améliorer petit à petit, 1% par jour. Tout ce que je vous présente ici marche, aujourd’hui, pour moi. Je vais sûrement découvrir d’autres pratiques à l’avenir.

C’est dur d’être rigoureux et de le faire tous les jours… Pour l’anecdote, quand mon ami est venu et que nous sommes partis deux semaines en Road Trip en Colombie, j’ai laissé tombé une partie de ces habitudes et je me sentais moins bien. J’étais heureux de le voir arriver, également de le voir partir, et je lui ai dit.

A l’heure de ce message, je le reverrai dans 6 semaines et je me réjouis de voir où j’en serai.

Cet article est plus qu’inspiré, il est volé à James Altucher. Dévorez son site, ses podcasts et ses livres. James Altucher a sauvé ma vie.

Laissez un commentaire