Vous êtes la moyenne des cinq personnes qui vous entourent, entourez-vous bien !

La chose la plus importante que j’ai apprise durant cette année à l’étranger

J’étais seul et perdu. Fin 2011, je suis tombé par hasard sur le livre de Tim Ferriss, «La semaine de quatre heures». Je n’ai plus jamais été le même. Il a pourri mes études, empêché de faire carrière, bref détruit mes rêves…

Il m’a fallu 5 ans pour m’en remettre. 5 ans à être très négatif, critiquer le monde du travail, cette société consumériste sans ne rien faire par moi-même. 5 ans à savoir que jamais plus je ne pourrais regarder le monde de la même façon, mais surtout, 5 ans tout seul.

Pas un seul de mes amis ne connaît Tim Ferriss. J’ai seulement offert le livre à ma soeur, mais le livre n’a pas eu le même impact sur elle. J’étais seul, isolé et trop fier, pas assez authentique et vulnérable pour chercher des pairs. Je ne le savais pas à ce moment-là, mais l’absence quasi-totale de progrès dans ma quête vers la liberté est due à l’isolement.

Après 6 mois à voyager, je me suis arrêté à Medellin en novembre 2016. Il y avait une grande scène de «Digital Nomads» là-bas, je me suis dit que c’était le bon endroit. Mais ça ne changeait rien, j’étais là-bas mais ej en connectais pas. Ce n’est pas parce que je suis assis dans un café à côté d’un digital nomad que je vais faire des progrès. J’étais encore et toujours seul.

Puis j’ai eu un match Tinder avec une fille américaine. Nous nous sommes rencontrés et elle m’a parlé d’un groupe Facebook «Digital Nomad Medellin». Ils connectaient comme ça, communiquaient et avaient des événements juste pour eux. Je n’y avais pas pensé.

A peu près au même moment, alors que je travaillais depuis la bibliothèque de l’université locale, j’ai cherché un espace de coworking car l’université fermaient pour les vacances de Noël.

Ces deux événements coïncident et j’ai commencé à avoir des gens autour de moi, ils pensaient la même chose, ils m’aidaient et nous nous donnions des feedbacks.

En quelques mois, je me suis fait pleins d’amis entrepreneurs, freelancers, des gens inspirants et compétents et nous nous aidons mutuellement. J’ai créé deux business, appris plus que les 26 premières années de ma vie.

Et 95% de ces nomades digitaux, entrepreneurs, ont lu le livre de Tim Ferriss. A chaque fois que j’ai un nouvel ami Facebook, nous suivons quelques personnalités, blogueurs, en commun et le seul qui ressort à chaque fois est Tim Ferriss.

Ses connexions m’ont amené à rentrer en Europe en croisière, une croisière qui s’appelle «Nomad Cruise» où je traverse l’Atlantique avec 140 autres nomades digitaux et où nous travaillons et partageons ensemble.

La plus grande leçon que j’ai apprise et de connecter avec les gens qui pensent comme moi ou comme je veux devenir. Si ces gens en sont pas autour de moi aujourd’hui, je peux aller à eux en ligne par des groupes Facebook ou hors-ligne en voyageant.

Ces connexions ont été essentielles ces 6 derniers mois et ont changé ma vie et ma perspective.

 

Laissez un commentaire